Un stage en formulation cosmétique ...

Bien des étudiantes* accueillies en notre laboratoire demandent à Copaïba un projet de formulation. Quoi de plus naturel en effet que de vouloir créer de toutes pièces un nouveau cosmétique, œuvrer à la patience alchimie qui permet de transmuter une inspiration subtile en un produit bien concret.
*rendons à Isabelle Alonso, Roman à l'eau de bleu ce qui est à Isabelle Alonso, et à Maurice Druon ce qui lui appartient - Copaïba accueille essentiellement des demoiselles, nous utiliserons donc le féminin.

Mais un travail de formulation cosmétique revêt bien des facettes, que seule une solide expérience sur laquelle s'appuiera un travail minutieux permettra d'englober. Et généralement, nos étudiantes n'ont ni bénéficié d'une formation qui eut permis d'acquérir l'une, ni encore développé les capacités les rendant à même de mener l'autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne peut certes leur en vouloir. L'académisme a ses exigences, et ne peut justement remplacer un travail concret en entreprise – d'où l'importance des stages, fort justement imposés dans le curriculum. Et dans le cas précis de la formulation cosmétique, l'étudiante ne peut à la fois connaître les mille et une ficelles de la formulation, jongler avec les contingences de prix et de sources d'approvisionnement, garder un œil sur la législation et les profils toxicologiques, avoir développé cette prescience qui permet de dépasser les attentes du client commanditaire, travailler son projet en laboratoire et tenter d'expli­quer tout cela dans un mémoire dont la rédaction est infiniment complexe, car derrière chaque choix se cache une foule de paramètres ténus …

Parfois, certaines nous sont venues avec une difficulté supplémentaire : leur curriculum ne comportait pas de travaux en laboratoire, ou du moins sous l'appellation de laboratoire de formulation se cachaient de pauvres séances de fabrication selon une formule donnée; pour elles, chaque flacon, chaque instrument, chaque procédure était une dé­couverte à dominer.

Aussi avons-nous décidé de travailler autrement. Plutôt que d'harnacher nos stagiaires à un impossi­ble projet de formulation, nous leur montrerons, au jour le jour, quel est notre travail. Entre les discus­sions avec les clients, les premières idées jetées sur un carnet de laboratoire, les mises au net à l'écran, les pré-tests au laboratoire, leurs analyses, les corrections, les rapports; mais aussi entre les fabrications, les contrôles qualité, les conditionnements et étiquetages, les expéditions, la rédaction des textes do­cumentaires ou les maquettes d'étiquettes, les considérations législatives ou toxicologiques, …

Elles pourront ainsi approcher mille et un aspects du métier de cosmétologue, et espérons-nous en retirer une vue plus globale que lors d'un projet linéaire traitant d'un sujet unique.

Et puisque mémoire il doit y avoir, nous proposerons à nos étudiantes de dresser un cahier de stage reprenant mille et une astuces, calculs et documentations utiles au travail quotidien du formulateur. Lequel constituera un outil de support permettant d'accéder aisément à toutes ces petites choses qui transforment un savoir académique en un savoir-faire pratique, mais également une inépuisable source de réflexion et d'analyse lors du stage – et démontrera devant un jury qu'elles savent, au travers les éléments les plus divers rencontrés durant le stage, tirer des conclusions pragmatiques et scientifiquement fondées.

© 2017 Laboratoire Copaïba – Rue Priesville, 16 - B-4845 Sart-lez-Spa - Belgique - Tél: +32 87 64.84.20 - info copaiba be - A Propos de Copaiba - Webmaster